Fondation du patrimoine

mercredi 7 décembre 2011

1er devis

Le service départemental a été rendu destinataire du premier devis commandé auprès de la société Madalon. Celui-ci comporte deux variantes pour ce qui est de la reprise de la toiture et une proposition de consolidation de la maçonnerie.
En ce qui concerne la maçonnerie, les travaux consistent en :

  • La mise en sécurité du contrefort ouest et l'évacuation de l'ensemble des déchets.
  • La mise en sécurité de la voûte principale.
  • La mise en sécurité de la voûte secondaire.
Pour un total TTC de 36 461,73 €

Pour ce qui est de la partie de la toiture non effondrée, les tuiles seraient déposées, stockées et remplacées par une toiture provisoire en bac acier pour un montant de 11 119,07 €

Enfin, la partie endommagée de la toiture pourrait subir deux traitements :
  • Soit reconstituer la charpente avec couverture provisoire en bac acier pour un coût de 26 766,76 €
  • Soit construire une charpente provisoire à faible pente avec couverture bac acier mais ne protégeant pas le pignon nord pour un coût de 18 278,34 €
La première solution reviendrai à 74 347,56 € et la seconde à 65 859,14 € étant entendu qu'il ne s'agît ici que de travaux conservatoires mais qui pourraient nous laisser le temps d'organiser une restauration en profondeur de l'édifice.

Par ailleurs, nous attendons prochainement le devis de l'entreprise HEM LOCK qui proposerait une solution différente dans la mesure où il s'agirait de la pose d'un parapluie au dessus de la structure.

Enfin, en ce qui concerne les frais liés à l'acquisition, Me PERSON a pu reconstituer l'ensemble de l'arbre généalogique faisant apparaître 6 successions non régularisées à ce jour. En contrepartie de la cession à l'euro symbolique de la chapelle, l'acquéreur s'engage à prendre en charge le coût de cette régularisation qui s'élève à environ 5000 €. Après consultation du SDAP, ce dernier ne pourra nous soutenir financièrement sur ce volet. Il nous appartient donc de réunir cette sommes par nos propres moyens.


mardi 15 novembre 2011

Appel aux dons pour l'acquisition

Ce mardi 14 novembre 2011, Philippe Frigério et moi même avons été reçu par Me Person, notaire à Toul pour évoquer les démarches à engager prochainement. Je l'ai déjà évoqué mais je tiens à rappeler l'importance du travail réalisé depuis plus de deux ans par Me Person et son équipe sur ce dossier et cela à titre gracieux. Sans cette aide, nous ne pourrions certainement pas envisager l'acquisition de la chapelle à l'heure actuelle et nous aurions été bien démuni dans la recherche des ayants droit.
Dans leur ensemble, ces personnes ont d'ores et déjà donner leur accord pour la cession de la chapelle. Cependant, restent à notre charges les frais liés à la régularisation du de cette procédure qui s'élèvent à environ 5000€ sans compter les travaux de sauvegarde estimés à 200 000€ (dans l'attente du devis définitif).
L'association lance donc un appel à la générosité afin, dans un premier temps, d'acquérir la chapelle. Si nous ne pouvons réunir cette somme, nous serons dans l'impossibilité de poursuivre notre action et condamnerons sans l'ombre d'un doute ce patrimoine à une ruine irrémédiable et irréparable.


CHERS AMIS C'EST MAINTENANT A VOUS DE DÉCIDER DU SORT
DU PATRIMOINE LORRAIN


mercredi 9 novembre 2011

Travaux d'urgence

Le 8 novembre 2011, une réunion était prévue à la chapelle entre Philippe Frigério, M. Bastien du service territorial de l'architecture et du patrimoine et, à l'invitation de ce dernier, un entrepreneur, charpentier spécialisé dans les monuments historiques. Il s'agit de l'entreprise HEM LOCK , Jean-luc Simion, domiciliée zone artisanale du triage, rue Emile Folliat 54560 AUDUN LE ROMAN, www.charpente-hemlock.com

Après une évaluation du chantier cet entrepreneur propose d'utiliser le système du "parapluie" pour la mise hors d'eau. Cette couverture temporaire (qui demeurerait cependant probablement plusieurs années) s’appuierait sur un échafaudage disposé sur le périmètre de la structure. Il conviendra bien entendu d'étayer l’intérieur. avant d'intervenir directement sur la toiture et compte tenu du risque d’écartement des murs lié à cette action il apparaît indispensable d'étayer verticalement le mur nord en particulier qui montre un sérieux risque d’effondrement au niveau du renfort endommagé et à gauche de celui-ci vers le haut. Il faudrait trois étais fixés sur béton du côté nord
et peut être moins sur le mur opposé côté route.

Cette consolidation permettrait sans risques d’alléger la charpente en enlevant la totalité des tuiles plates, elles seraient stockées sur palettes. Le fait de retirer le poids des tuiles (60kg/m²) engendre un mouvement de charpente qui remonte et vu l’état de la structure les murs tomberaient vers l’extérieur d'où l'utilité de l’étayage.

Revenons à l’échafaudage, il est évident que ce dernier demeurerait plusieurs années le temps que la toiture soit restaurée complètement. Ceci représente un coût de location gigantesque que personne ne peut prendre en charge. Nous avons donc trouvé une solution infiniment moins coûteuse. L’échafaudage ne serait pas loué mais acquis avec une option de rachat par l'entrepreneur à l'issue des travaux de restauration de toiture. Dans notre cas cette solution serait financièrement la plus intéressante.

Le devis nous sera adressé d'ici 3 semaines mais ce qui est moins drôle est l'ordre de prix, pour l'ensemble des travaux la somme avoisinera 200 000 €.

A réception du devis Monsieur Bastien nous attend pour établir la demande de subvention état qui devrait avoisiner  20% de cette somme. Il faudra donc trouver environs 160 000 € par le biais des autres collectivités sans oublier le privé. Comme le dit M.Bastien il va falloir battre le campagne. Monsieur Simion pense pour sa part que se sera difficile mais franchement pas impossible.

mardi 8 novembre 2011

Diaporama YOUTUBE et DAILYMOTION


Olivier PETIT qui a eu l'amabilité de rejoindre notre association a réalisé un remarquable diaporama de la chapelle sur Youtube et Dailymotion et lance un appel à l'international pour sauver la chapelle. Un grand merci pour sa contribution en français et en anglais !

dimanche 6 novembre 2011

Réseau des amis des patrimoines de Lorraine

Je relaie l'information, qui m'a été transmise par Anthony KOENIG, au sujet de la création de ce réseau porté par Maisons Paysannes de Lorraine avec l'appui du Comité d'Histoire Régionale. Ce projet pouvant servir les projets d'avenir de la chapelle, il est bien naturel de s'en faire l'écho.





Réseau des amis des patrimoines de Lorraine
Fédérer - Aider - Promouvoir - Défendre - Conseiller - Echanger - Assister - Valoriser - Rassembler - Publier
Fondé en  septembre 2011, ce réseau a pour but d’unir et de mettre en réseau les acteurs  et les amateurs  des patrimoines (bâti, environnemental, artistique, artisanal, gastronomique…) de Lorraine  afin de constituer un  levier stimulateur de projets et capable de porter médiatiquement les enjeux de leur protection et de leur valorisation.

Ce réseau est ouvert à tous les acteurs mais aussi à tous les amateurs des patrimoines lorrains.
Il existe 3 possibilités d’adhésion (toutes gratuites) :
- Adhésion  « Acteur des patrimoines » :  Vous  êtes acteurs (associatif, propriétaire…) des patrimoines et désirez partager vos informations, vos actions et vos enjeux avec l’ensemble des amis des patrimoines de Lorraine
- Adhésion  « Amateur des patrimoines » :  Vous êtes  un amateur des patrimoines de Lorraine et désirez  connaître toute l’actualité des amis des patrimoines de Lorraine et apporter votre soutien lors de certaines actions
- Adhésion « Institution publique des patrimoines » : Vous êtes une institution publique des patrimoines (SDAP, DRAC, CHR ou encore SRI) et désirez être informée des activités du réseau des amis des patrimoines de Lorraine sans vous associer aux actions plus « militantes » (combat pour la sauvegarde d’un édifice…)

Pour adhérer il suffit d’effectuer une  inscription à l’adresse courriel suivante en précisant  vos noms,  prénoms et coordonnées (adresse électronique et éventuellement adresse postale et coordonnées téléphoniques) : patrimoinesenlorraine@gmail.com .
Les enjeux du réseau des amis des patrimoines de Lorraine sont multiples :
- Mieux se connaître entre acteurs et amateurs des patrimoines
- Echanger et communiquer sur l’actualité, les enjeux, les moyens d’action
- S’entraider pour porter des dossiers complexes comme  le sauvetage d’un édifice en danger (constitution de groupes d’intervention), le besoin de valorisation d’un site…
- Elaborer voire conduire en commun des projets de sauvegarde et de valorisation du patrimoine
- Faire peser le patrimoine de manière conséquente dans le débat public (politiques, médias…)
- Appuyer la mise en place et la pérennité des formations initiales et continues au patrimoine bâti pour les artisans de  Lorraine
- Appuyer les démarches juridiques de protection du patrimoine.

Les moyens du réseau des amis du patrimoine de Lorraine s’articulent autour :
- De la diffusion et de la valorisation des actions des associations des amis des patrimoines
- De l’information des médias des actions des adhérents
- De la réunion des associations pour des journées d’information et de réflexion
- Des réponses aux demandes d’aide

Dans tous les cas une demande d’adhésion n’engage pas au soutien systématique des actions communiquées par le réseau. Il ne s’agit pas d’une association mais bien d’un réseau qui permet de mieux agir quand cela semble nécessaire. Il s’agit de donc de mieux connaître les actions et leurs acteurs  pour mieux y apporter un soutien si cela semble nécessaire à un membre, chacun jugeant de l’opportunité de le faire ou non.

jeudi 20 octobre 2011

Lorraine magazine du19 octobre 2011

Comme je vous en avais précédemment parlé, France 3 Lorraine a consacré un reportage sur la chapelle de Libdeau et notre association. Si vous n'avez pu le voir, le voici

video

Bon visionnage !

vendredi 14 octobre 2011

Avant / Après

Avec l'aimable contribution de Michel HENRY qui a bien voulu me confier quelques photographies de 1995, je vous propose de vous rendre compte de l'évolution de la chapelle.


Le porche vers 1995

Le porche et la rosace en 2005

Vue du porche en juillet 2011

Intérieur de la chapelle 1995

Rosace vue de l'intérieur 1995


Façade nord en 1995 où l'on remarque
le premier contrefort intégré à la remise




Façade nord  après destruction de la remise
juillet 2011

Façade sud en 1995 avec le toit dans son
intégrité






mardi 11 octobre 2011

Reportage France 3

Laurent Parisot, journaliste à France 3 Lorraine s'est intéressé à notre action en faveur de la restauration de la chapelle et nous a proposé un tournage sur site afin que nous puissions exposer nos ambitions et faire également découvrir l'édifice à ceux qui ne le connaissent pas encore. 
Le reportage sera diffusé le 19 octobre 2011 vers 19H17 sur France 3 Lorraine dans l'émission "Lorraine magazine" et pour ceux qui ne pourraient être au rendez-vous ou ne recevraient pas cette édition régionale, ils pourront tout de même en bénéficier dès le lendemain sur le site internet de France  Lorraine. 
En comptant sur votre fidélité.

vendredi 30 septembre 2011

Actualités du 30 septembre 2011

L'association est maintenant une réalité. Les statuts du comité pour l'étude et la restauration de la chapelle templière de Libdeau ont été symboliquement signé le 17 septembre 2011, aux journées du patrimoine et enregistrés en préfecture le 19 septembre 2011. Les membres fondateurs sont Bertrand Siffert qui assure la présidence, Philippe Frigério, secrétaire général et son épouse Pascale qui assure la fonction de trésorière.
Il s'agit bien sûr que d'une étape dans le long et difficile processus de sauvegarde de la chapelle. Mais désormais existe juridiquement une personne morale dont le but principal est consacré à cette tâche.
En ce qui concerne l'évaluation financière des travaux d'urgence, nous sommes toujours dans l'attente du devis qui est préalable incontournable à la présentation de dossiers de demandes de subventions et d'aides. 
Nous sommes conscient de la situation critique dans laquelle se trouve l'édifice et nous en appelons à nouveau à votre mobilisation et à votre aide pour diffuser l'information.
A ce sujet, je vous informe que France 3 Lorraine va réaliser un reportage sur la chapelle dont le tournage est prévu le 6 octobre 2011. Je vous ferai part de la date de diffusion lorsqu'elle sera fixée.
Par ailleurs, j'ai été contacté par les membres de l'association "l'ost du lapin noir" ( http://ost-du-lapin-noir.xooit.fr/index.php ), compagnie meusienne réalisant des spectacles médiévaux et qui se propose de nous offrir un spectacle dont les bénéfices seraient dédiés à la restauration de la chapelle. Nous avons accueilli avec plaisir cette proposition, pour laquelle nous essayons actuellement de définir les modalités.

mercredi 14 septembre 2011

Création de l'association.

Je vous annonce la création du "Comité pour l'étude et la restauration de la chapelle templière de Libdeau", association Loi 1901 dont le but est d'engager toute action ou démarche en vue d'assurer la conservation, la restauration et le développement culturel de la chapelle de l'ancienne commanderie templière de Libdeau.
Les statuts et les déclarations seront tout prochainement déposés en préfecture de Meurthe-et-Moselle.
D'ores et déjà, j'invite tous ceux soucieux de s'engager au sein de cette structure à se manifester. La tâche est immense et toute aide sera la bienvenue.
Vous pouvez vous exprimer dans les commentaires ou sur la messagerie dédiée à l'association : chapellelibdeau@gmail.com.
Les détails suivront lorsque la création de l'association sera légalement publiée au journal officiel.
D'avance, merci à tous. 

lundi 12 septembre 2011

Aux visiteurs de la Chapelle

Il semble que l'intérêt porté à la situation de la chapelle de Libdeau attire les visiteurs. Cela est une bonne chose dans le sens ou chacun peut ainsi prendre conscience de l'ampleur des dégradations. Cependant je me dois de rappeler quelques consignes de bon sens et de sécurité. En effet, les deux accès permettant de faire le tour de l'édifice sont des chemins privés appartenant aux agriculteurs riverains et à ce titre il est demandé de ne pas gêner la circulation sur ces voies et de demander l'autorisation pour stationner. D'autre part, il est vivement recommandé de ne pas entrer à l'intérieur de la chapelle compte tenu du danger d'effondrement et de se tenir à distance raisonnable du bâtiment pour les mêmes raisons. 
Enfin il a été constaté des trous récemment creusés aux abords immédiats de la chapelle révélateurs du passage de certains vautours équipés de détecteurs de métaux. Il est rappelé à ces mercantiles charognards que ces agissements lâches sont punis par le code pénal. Bien que je sache leur cupidité plus forte que leur honneur, je me devais de faire un rappel sur ce point.  

mardi 6 septembre 2011

Visite virtuelle de la chapelle

René, un contributeur de ce blog a réalisé une visite virtuelle de la chapelle que je vous invite à parcourir sur le lien suivant. Soyez un peu patient pour le chargement, cela en vaut la peine : http://xlvision360.fr/vv/libdeau/libdeau360.swf

Résultat de la visite du 16 août 2011

Comme j'en avait fais part précédemment, M. BASTIEN du service départemental de l'architecture et du patrimoine ainsi que l'entreprise Madalon, ont effectué une visite de la chapelle afin d'évaluer l'ampleur des dégâts et pour envisager des solutions.

Monsieur J.C. Bastien a constaté l’état de délabrement de l’édifice. Il a demandé à la société MADALON de proposer des solutions techniques adaptées accompagnées de chiffrages pour placer le bâtiment hors d'eau. L'urgence concerne également un renfort très dégradé coté nord, il conviendra de le reprendre en même temps que la mise hors d'eau. A ce sujet la société Madalon a proposé de recontacter la société France Lanor & Bichaton pour réactualiser un devis que cette société avait réalisé sur l’édifice en 1998, les travaux concernaient entre autre la consolidation de la structure par des travaux de reprise de voûtes. Le montant du devis s’élevait en 1998 à 42 000 € HT. Il faut désormais ajouter à cette réactualisation la reprise du renfort ainsi que la repose de la corniche tombée lors de l’effondrement de la toiture.

En 1998 le montant de la réfection de la toiture s’élevait aux environs de 70 000 € HT.
Aujourd'hui, avant toute intervention, qu'il s'agisse de la toiture ou de la maçonnerie, il est indispensable de construire un étayage cintré pour soutenir la voûte concernée par l'effondrement récent. Ce soutènement devrait représenter un coût important.

Se pose donc le problème du financement, M. Bastien assure l'obtention d'un minimum de 20% par l'état, reste 80% à financer par le biais des autres collectivités et bien sûr tout autres financements privés, fondations, souscription etc...
Monsieur Bastien a donc proposé de provoquer à la rentrée une réunion à la mairie de Toul pour évoquer avec les élus la difficulté de collecter les fonds rapidement pour faire face à l'urgence et au risque de destruction du bâtiment.

M. Bastien conseille la création d'une association rapidement comme nous l'avions prévu, ceci facilitera la communication entre les interlocuteurs et crédibilisera le mouvement en cours.

jeudi 11 août 2011

Mise au point au sujet des articles de presse



Suite à la parution des articles de presse, les agriculteurs actuellement présents à la ferme de Libdeau se sont sentis visés qu'en à leur responsabilité sur l'état actuel de la chapelle. Je tiens à affirmer qu'il n'en est absolument rien et l'Est Republicain n'a à aucun moment souhaité sous entendre cette responsabilité. En effet, ils n'en sont d'une part, pas propriétaires, ce qui les exonèrent totalement d'un quelconque défaut d'entretien et, d'autre part, pour ce qui est de l'utilisation de l'intérieur de la chapelle comme entrepôt, ce n'est pas le fait de stocker quelques outils et bidons divers qui peut entraîner l'effondrement d'une toiture. Par ailleurs, le hangar accolé à l'édifice et qui sert à abriter de la paille, a au moins l'avantage d'avoir un rôle de contrefort du mur pignon. Philippe FIGERIO comme moi-même agissons dans un seul but d'intérêt général patrimonial. Nous ne souhaitons que l'adhésion de toutes les parties à ce dossier que se soient les propriétaires ou les voisins directs afin d'avancer vers une solution loin de toute polémique stérile.


Articles de presse

Sur demande du responsable d'agence de l'Est républicain à Toul et en vertu des dispositions du code de la propriété intellectuelle, les articles de presse du 7 août 2011 ne sont plus consultables sur ce blog.








samedi 30 juillet 2011

La presse s'intéresse à Libdeau

Sans qu'il eut été nécessaire d'en solliciter les services, un journaliste de l'Est Républicain m'a téléphoné en début de semaine pour m'informer qu'il était intéressé par ce qu'il se passait autour de la chapelle de Libdeau. Un rendez-vous a donc été fixé sur place avec la présence de M. Frigério.
Un article doit paraître courant de la semaine prochaine sur les éditions de la région. Espérons donc que cela attise l'intérêt de mécènes pour la sauvegarde du site.
A suivre.......

lundi 25 juillet 2011

Clarification du dossier

Je lis souvent au sujet de la chapelle des messages assez durs quand à son abandon et à l'inertie des institutions et services publics à réagir. C'est un discours qui peut sembler sonner juste si on se limite au simple constat mais grâce à ce blog, j'ai pu entrer en contact avec une partie des propriétaires et des personnes très impliquées sur ce dossier. J'ai donc pris connaissance des détails de cette affaire qui apportent un éclairage tout à fait différent de la situation.
Libdeau souffre de trois maux qui séparément auraient pu être résolus rapidement mais une fois cumulés engendrent une situation incroyablement complexe.
1) La chapelle, comme nous le savons, est une propriété privée mais elle n'appartient pas à une seule personne, en effet de successions en successions, le nombre d'ayants droits à ce jour se monte à une douzaine de personnes dispersées à travers le pays. Si cette information est connue aujourd'hui c'est grâce à un travail généalogique de fourmi réalisé par un notaire de Toul. Cela pour dire que la cession de la chapelle ne pouvait s'envisager plus tôt sans ce travail de longue haleine et sans l'accord de l'ensemble de ces ayants droits.
2) Monsieur Frigerio, qui m'a autorisé à divulguer son nom, originaire de Liverdun s'est effectivement proposé d'acquérir la chapelle en 2009 afin d'engager un projet de restauration. Fin 2010 un accord était trouvé avec les propriétaires pour finaliser l'acte de vente mais malheureusement, l'effondrement de la toiture cet hiver est venu tout remettre en question. En effet, les frais qu'engendrent maintenant l'urgence de la sécurisation du bâtiment et sa mise hors d'eau n'ont plus du tout la même échelle que ceux prévu pour une restauration étalée sur plusieurs années.
3) La chapelle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques mais elle n'est pas monument historique et ne peut donc pas bénéficier des aides liées à ce statut.

La combinaison de ces éléments fait donc la complexité de ce dossier mais il faut adresser un immense remerciement à M. Frigerio et Me Person qui dans l'ombre ont accompli un travail formidable qui porte ses fruits aujourd'hui.
Les propriétaires que l'on serait tenté de blâmer d'avoir à être les responsables de l'état de la chapelle sont au contraire loin de cette image. En effet pour la plupart, ce n'est que grâce aux recherches engagées qu'ils ont appris la situation du site, ils en ont été touchés comme tout à chacun, ont adhérés sans réserve au projet de restauration et sont toujours à l'heure actuelle soucieux des démarches en cours.
Pour résumer nous sommes donc face à la résolution de problèmes juridiques, financiers et techniques.
Dans un premier temps il faut donc un diagnostic technique de l'édifice pour savoir quels sont les travaux d'urgence et de sauvegarde à engager avant l'hiver (si possible). Cela doit être fait courant août avec un entrepreneur spécialisé et le service territorial de l'architecture et du patrimoine.
Ensuite il faut finaliser l'acquisition du site par le biais certainement d'une association. Cela permettrait d'avoir un interlocuteur unique pour la suite des démarches.
Comme toujours rien ne pourra se poursuivre sans le "nerf de la guerre" nécessaire aux travaux.
Enfin et surtout le soutien et l'implication du plus grand nombre est plus que jamais indispensable car ne soyons pas candide, la chapelle est encore loin d'être sauvée, les démarches sont longues et difficiles et aucun reproche ne pourra être adressé à ceux qui se sont engagés courageusement dans cette voie.

Je signale également que la création d'une association est actuellement à l'étude.



mardi 19 juillet 2011

Bonne nouvelle du 19 juillet 2011 !!!

Comme suite aux courriers évoqués dans mon précédent message, je vous informe que je viens de recevoir un mail d'un des propriétaires de la chapelle qui porte à ma connaissance qu'une procédure en vue de la vente de l'édifice à une personne résident en Meuse avait été engagée en 2009 auprès d'une étude notariale touloise. Apparemment, cette personne avait le projet de créer une association dans le but de réhabiliter la chapelle. Il s'agit donc d'une excellente nouvelle qui va permettre de pouvoir enfin avancer sur ce dossier.
J'espère bientôt pouvoir apporter d'autres bonnes nouvelles et compter sur votre soutien.

samedi 16 juillet 2011

Avancement des recherches au 16 juillet 2011

Les différentes informations recueillies au sujet de l'identité des propriétaires privés de la chapelle ont permis d'établir une liste de personnes auxquelles un courrier a été adressé pour faire état, d'une part de la situation critique de l'édifice et d'autre part, du problème lié à cette absence d'interlocuteur pour engager toute démarche visant à sauvegarder le site.
Une réponse m'est déjà parvenue confirmant que la famille du destinataire était bien concernée par le sujet. Pour l'instant et dans l'attente d'un contact direct, il est préférable de conserver l'anonymat mais il s'agit d'une nouvelle positive.
Je ne manquerai pas de faire part des suites de cette démarche qui, je l'espère, sera rapide.

jeudi 30 juin 2011

La chapelle du Saulce d'Island dans l'Yonne

Je me suis permis de reproduire ci dessous un article du site des Hospitaliers de saint-Jean de Jerusalem consacré à la chapelle du Saulce d'Island dans l'Yonne pour sa similitude architecturale avec la chapelle de Libdeau. Cet édifice, à proximité d'Auxerre appartient à un popriétaire privé mais se visite sur rendez-vous. Son exemple donne une idée très réaliste de ce à quoi Libdeau pourrait prétendre après restauration...

"Cette MaisonTempliers.net fut nommée d'abord Commanderie du Saulce. On la désigna ensuite sous le nom de Commanderie d'Auxerre, sans doute parce que les Commandeurs, aux siècles derniers, résidaient habituellement dans cette ville. Cependant la maison du Saulce resta toujours le chef-lieu de la baillie. Cette maison avait été donnée aux Templiers dans le commencement du XIIIe siècle, par un seigneur, du nom de Drogon de Mello ou de Maillot, « de Melleto », ainsi qu'il résulte des lettres de Guillaume, son fils, ratifiant et confirmant au mois de juillet 1206 le don fait par son père à l'Ordre du Temple, de la maison du Saulce, « elemosinam de domo Salicis. »

La maison des Lépreux de Saint-Simon d'Auxerre possédait au Saulce, dans le XIIIe siècle, une maison et des moulins sur l'Yonne. Ces moulins avaient souvent donné lieu à des contestations avec les Templiers. Ceux-ci, pour y mettre fin, consentirent à les acheter au prix de 850 livres. La charte d'acquisition passée sous le sceau d'Henri, évêque d'Auxerre, porte la date du mois de juillet 1231, et est approuvée par les principaux bourgeois d'Auxerre.
Ordre de Malte
Chapelle de la Commanderie du Saulce - Sources : Jack Bocar
La chapelle de la maison du Saulce avait été fondée par Guillaume, comte de Joigny. On voit par les lettres de fondation, datées du mois de juillet 1238, que le comte Guillaume, pour avoir une chapelle dans la maison du Temple du Saulce, sous Escolives, « in domo Templi de Salice subtus Escolivas », donna 15 livres tournois de rente à prendre par les frères de la dite maison chaque année, sur le péage de Joigny, appartenant au comte, et en cas d'insuffisance sur la prévôté de cette ville.

On trouve de 1210 à 1260 plusieurs titres d'acquisitions de terres arables, mais surtout de vignes, faites par les Templiers du Saulce.

Un seigneur, Raoul de Mailly, leur avait engagé pour vingt livres d'Auxerre, la dîme qu'il possédait à Escolives, « apud Escolius. » Son fils, Hugues et Guiele, sa femme, voulant, après la mort de leur père, se libérer de cette dette, abandonnèrent cette dime aux frères du Temple, par des lettres de l'official d'Auxerre, du mois de février 1258.
Ordre de Malte
Chapelle de la Commanderie du Saulce - Sources : Jack Bocar
Vers la même époque, la terre et seigneurie du Saulce fut donnée aux Templiers par Hugues de Saint-Verain et Elisabethe, sa femme. Jean, comte de Joigny, leur neveu, confirma cette donation en 1270, et Robert, comte de Nevers, de qui relevait cette terre, en consentit l'amortissement en 1272. On voit par les divers actes relatifs à cette donation, qu'elle comprenait une motte, « motam », située près de la maison du Temple ; toute la terre qui se trouvait près de « Loindat », enclavée dans celle des Templiers ; une pièce de terre dans « Courcelles », entre les prés du Temple et le ruisseau de « La Corroie (c'est probablement le ruisseau nommé le Val de Mercy, qui passe près de Vincelles et se jette dans l'Yonne au sud d'Escoviles et du Saulce ; carte de Cassini) » ; un pré au dit Courcelles, toute la justice, haute, moyenne et basse, à l'exception de celle comprise entre le grand chemin ferré, conduisant de l'Orme de « Truchebeuf » à Vincelles, « apud Vincellas » ; d'une part, et l'Yonne de l'autre ; et comme la dite justice se comportait et s'étendait depuis la justice des seigneurs de Champs, « dominorum de Campis », jusqu'à celle des seigneurs de Vincelles.

La terre et seigneurie du Saulce consistait, au XVIIe, siècle, en un château avec chapelle dédiée à saint Eustache, basse-cour, moulin sur l'Yonne, et 450 arpents de terre, compris entre le chemin d'Auxerre et la rivière.
Ordre de Malte
Chapelle de la Commanderie du Saulce - Sources : Jack Bocar
Un fief relevait de la seigneurie : le fief de Belombre, qui appartenait en 1604, à dame Davy, veuve de Jacques de Mung, dit de La Ferté, chevalier des ordres du Roi, seigneur de Boisgardin, Belombre et Escolives.

Le revenu de la maison du Saulce était, en 1373, d'après le Livre-Vert, de 142 livres 18 sols. II y avait alors un Commandeur, deux donnés, un clerc et un varlet, dont l'entretien et la nourriture étaient évalués à 30 livres par an. Le même revenu s'élevait, en 1782, à 3, 472 livres.

La commanderie comptait, au XIVe siècle, au moment où les Hospitaliers en prirent possession, six membres : la maison d'Auxerre, les domaines de Tourbenay et de Coulange, ainsi que les anciennes maisons du Temple de Vallan, de Sérain et de Vermenton.

On y ajouta au XVe siècle, les Maisons de Moneteau, de Saint-Bris, de Mery et de Villemoison, ainsi que celles moins importantes de commanderie de Champs-sur-Yonne, commanderie de Sacy et commanderie du Plessis-d'Arbouse. Les quatre premières provenaient du Temple ; et les trois autres étaient de l'Hôpital ancien. Sources : les commanderies du Grand-Prieuré de France - Eugène Mannier - Paris, Aubry et Dumoulin, 1872 (Paris)"

mercredi 29 juin 2011

La nuit des églises

Une excellente initiative dans la droite ligne des journées du patrimoine et à qui l'on souhaite le même succès.
Source d'inspiration et certainement support très intéressant dans un projet de restauration de la chapelle de Libdeau pour une prochaine édition.
Pour de plus amples informations, je vous invite à visiter le site http://www.narthex.fr/nuit-des-eglises/nuit-des-eglises-2011/ qui propose le programme de cette soirée, les lieux participants mais aussi un tutorat pour l'organisation de cet événement.

samedi 25 juin 2011

La mobilisation

En mars et octobre 2010, Anthony KOENIG et Olivier PETIT publient sur leurs blogs respectifs des articles concernant la chapelle de Libdeau et mettent surtout en avant l'état préocupant de l'édifice.
Les questions et les inquiétudes des lecteurs ne se font pas attendre. De nombreux messages révèlent que ce site n'a pas sombré dans l'oubli et que l'attente d'une restauration est présente. Plusieurs professionnels des bâtiments historiques proposent même leurs compétences. Mais le problème central est que cette chapelle est une propriété privée et que l'identité du ou des propriétaires est un mystère aussi grand que celui du trésor des templiers.
Même les institutions telles que la DRAC ou la mairie de Toul, préoccupées également par l'état du bâtiment, se retrouvent impuissantes face à ce mystère.
Heureusement quelques internautes dépositaires de précieuses informations ont donnés quelques pistes mais à ce jour toujours pas d'identification précise et les recherches se poursuivent.
L'appel est donc lancé pour retrouver les propriétaires ; cette étape cruciale est le préalable incontournable à toute démarche visant à entreprendre des projets de restauration.

vendredi 24 juin 2011

Hisrorique du lieu


L'ordre du temple posséda 13 maisons en Lorraine et à ce jour seules 5 chapelles subsistent; Metz, Xugney et Norroy dans les Vosges, Marbotte en Meuse et Libdeau. Cette dernière se situe sur l'antique voie romaine de Lyon à Trèves et sa fondation remonte probablement avant 1165.
Ce lieu particulier est connu dès le IXème siècle pour avoir été le théâtre de deux batailles sous le règne de Charles le Simple. La ferme du Champs des Allemands, à 700 mètres au Nord de Libdeau serait construite sur les sépultures des guerriers germaniques.
Les archives départementales de Meurthe-et-Moselle ne possèdent que treize documents hérités de l'ordre Hospitalier qui avait repris cette possession templière après la dissolution de l'ordre en 1307. Le document le plus ancien émane de l'évêque de Toul Pierre de Brixey, parti en croisade en 1190. Parmi les témoins, on relève le nom de Frédéric de Brixey, frère de l'évêque, doyen et archidiacre de Toul, décédé en 1186. Cet acte a donc été rédigé entre 1165, date du début du ministère de Pierre de Brixey et 1186, date du décès de Frédéric de Brixey.
Cette charte confirme aux templiers les droits qui leurs ont été accordés par l'évêque de Toul Henri de Lorraine (1126-1165). On peut donc penser que la commanderie a été fondée avant 1165.
Durant les vingt années qui suivirent cette fondation, les templiers se sont rendu maîtres de toutes les terres et des bois jouxtant la commanderie. Les dons, échanges et achats de terres portent non seulement sur des bois, mais également sur des terres arables ; Libdeau est devenu un domaine agricole de première importance se consacrant à l'élevage des porcs, grâce à ses bois, et à la culture céréalière. En cette période de développement urbain, les religieux de tous ordres se rendent acquéreurs de bois pour les défricher et étendre les cultures afin de satisfaire la demande en produits agricoles des villes voisines.
A la fin du XIIIème siècle, Libdeau était donc un établissement riche, produisant de la viande et des céréales, contribuant au ravitaillement de la Ville de Toul et dont la richesse s'exprime pleinement dans l'architecture de la chapelle et de ses vitraux.
L'ordre du Temple dissout en 1307 dans les circonstances terribles que chacun connaît, les biens sont dévolus en 1312 à l'Hôpital de Saint-Jean (ordre de Malte depuis 1530).
A l'époque révolutionnaire, en 1790, ces propriétés seront venduent comme biens publics et convertis en exploitation agricole y compris la chapelle à laquelle seront adjoint des bâtiments qui en dehors de leur parasitisme ont au moins permis de sauvegarder ce monument jusqu'à nos jours.
En 1963, sous l'initiative de l'abbé Jacques CHOUX et compte tenu, déjà, de l'état de dégradation de l'édifice, l'intéressant portail est démonté pierre à pierre pour être installé au Palais Ducal à Nancy. Depuis la chapelle poursuit sa lente agonie malgré son classement le 6 février 1995 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Bibliographie : Itinéraire templier en Lorraine par Michel HENRY éditions Serpenoises 1998.



jeudi 23 juin 2011

Pourquoi ce blog ?

A la sortie Nord-Est de Toul, sur la N411 qui mène à Dieulouard, se trouve sur la Gauche de la route, au lieu-dit "Ferme de Libdeau" un édifice peu en rapport avec l'exploitation agricole qui l'entoure. Son état actuel aurait certes ému un esprit romantique du XVIIIème siècle tant la nature et le temps y ont eu la liberté d'y sculpter leur oeuvre.
Ce bâtiment n'est cependant pas une ode à Lamartine, Musset ou Vigny mais la chapelle de la commanderie templière de Libdeau qui malgré les vicissitudes de l'histoire nous est parvenue presque intacte du XIIème siècle. La rareté des témoignage architecturaux de cet ordre religieux en Lorraine en fait un joyaux patrimonial de premier ordre.
Mais bien qu'inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 6 février 1995, elle souffre en silence des assauts répétés du temps et menace ruine.
Cependant il semblerait que ce silence soit rompu. Ceux qui connaissent les blogs http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com et http://la-lorraine-se-devoile.blogspot.com ont peut-être lu les articles consacrés par les auteurs Olivier PETIT et Anthony KOENIG à ce lieu et comme moi ont été touchés, à n'en pas douter par cette situation.
J'y suis d'autant plus sensible que j'écris ces lignes en voisin.
Les commentaires des internautes à ces articles sont nombreux et reflètent un réel désir de sauver l'édifice. Nombreux sont ceux prêt à apporter leur aide par leurs compétences, leurs connaissances et leur enthousiasme.
Il me semblait donc nécessaire de mettre internet à contribution et d'offrir modestement à cette chapelle une tribune pour fédérer les idées et les projets.
Il n'est jamais trop tard pour bien faire alors à tous ceux qui le souhaitent, exprimez-vous, proposez, offrez aux générations futures la fierté d'avoir la charge de transmettre le patrimoine de la Lorraine.